PETITS FORMATS et CATALOGUE 2007-2017

EXPOSITION EVENEMENT

SORTIE DU CATALOGUE 2007-2017 : 11 SAISONS

PETITS FORMATS avec 67 artistes

Exposition du 7 au 20 décembre 2017

Vernissage jeudi 7 décembre de 18h à 21h

invitation catalogue 07-17 GHP -1_Page_1

Galerie du Haut-Pavé page de couverture

 

MICKAEL MARCHAND

Mickaël MARCHAND

« C.V. »

Exposition du mardi 7 novembre au samedi 2 décembre 2017

Vernissage mardi 7 novembre de 18h à 21h

invitation MMarchand - 2017

invitation MMarchand – 2017

Ce que j’ai appris, je l’ai rencontré.

Il n’est donc pas de chemin plus logique selon moi que celui qui amène à dédier une exposition à une rencontre. Déterminante, influente, celle de C.V. l’a été d’une manière qu’il m’est difficile de décrire et que Tacita Dean aborde très bien dans Trying to find the spiral jetty.

 « C’est un peu comme une stimulation et une attirance incroyable à travers le temps ; une réaction personnelle inspirée par la pensée et l’énergie d’un autre, véhiculées par son travail. »

Chaque parcours de vie identifie un ou plusieurs points de pivot, de bascule voire de rupture ; instants faisant marque, à partir desquels les comportements et les idées se solidifient, se radicalisent. Le poids de ce moment n’est jamais identifié dans un curriculum vitae. Il n’est pas toujours possible de résumer une rencontre à une seule date ; quant à sa consistance elle est incompressible.

Impossible donc de comprendre, en lisant mon curriculum vitae, que si les valeurs de mon engagement artistique s’appuient sur l’apprentissage puis le développement d’un langage personnel et la mise en place de processus de recherche simples, c’est vraisemblablement parce que j’ai rencontré Cyril.

Investir l’espace conceptuel du travail plastique de C.V., celui qu’il a créé dans mon esprit.

Voilà où commence cette exposition. Faire revivre dans mon atelier, le souvenir de cette porte profonde comme un trou-noir épais en lévitation à quelques centimètres du sol qui, au lieu de porter une ombre, diffuse de la lumière, que je vis dans l’atelier de Cyril, il y a 10 ans.

L’avoir en présence, roue de bicyclette.

Puis, passer de Pantin à Paris, explorer enfin ce nouveau contexte, déploiement d’une énergie, pendant laquelle tenir l’équilibre amène la patience nécessaire à l’observation. Recréer dans l’espace de la galerie le terrain – de jeux – vague des villes à l’architecture brutale, lieu où mon travail prend ses racines.

Mon approche conceptuelle de l’installation inclut la documentation photographique ou vidéo. La répétition en tant que protocole de recherche crée des séries de travaux liées aux villes dans lesquelles je passe. L’architectonique, tout ce qui a trait à la structure, la construction, les limites physiques de l’équilibre et des matériaux définit l’origine de mon vocabulaire. Depuis toujours mon éthique est de proposer dans un langage direct des œuvres qui n’ont rien à cacher.

visuel tri - MMARCHAND - 2017

visuel tri – MMARCHAND – 2017

http://mickaelmarchand.com

MELANIE BERGER

Mélanie BERGER

Exposition du 26 septembre au 21 octobre 2017

Vernissage mardi 26 septembre de 18h à 21h

Composition, crayons de couleur et techniques mixtes sur papier - 105X150 - 2017

Composition, crayons de couleur et techniques mixtes sur papier – 105X150 – 2017

Je ne me souviens pas de tout.

Parfois je ne me souviens
que des couleurs
et du mouvement
et ce dont je ne me souviens pas
[ ] reste blanc,
des petits carrés ou des rectangles
ou des lignes, en blanc.

Il s’agit d’un blanc qui a une forme précise,
alors que le souvenu est informe,
comme dans les rêves.

C’est un savoir incomplet.
C’est comme si mes amnésies
étaient structurées
et modulaires
(menaçant leur reproduction),
et ma mémoire plus vague.

Un visage, par exemple, a perdu son nez, et sa bouche.
(est-ce qu’on a besoin d’un nez pour avoir un visage ?)
Il n’est même pas détaché du fond.
(est-ce que le fond fait partie des sujets qu’il contient?)
C’est lui et il était là, je le sais,
mais je ne me souviens que d’une sorte de vent de couleurs qui souffle
sur ce papier suspendu à un mur,
vers un sol

(être suspendu, c’est voler à l’envers ?).

Je me souviens de:

– un ciel divisé en deux
– un feu et des ammes comme des lignes, éteintes en haut et en bas
– un reflet d’immeuble (lequel ?) avec six fenêtres
– du sang orange drippé partout (quand ?)
– un bois vu depuis un train qui passe (j’allais où ? avec qui ? pourquoi ?)
– un nuage carré tombé sur un pré jauni, avec des fils d’herbe rouge
– de la terre sur du ciel (renversement)

– une vague qui se casse sur un rocher, dans un paysage de mon enfance
(j’ai grandi, le paysage a rétreci)

Mais – un vent a soufflé sur les couleurs de mes feuilles
pour que des symboles-confus puissent
(par mes souvenirs)
convoquer les souvenirs d’autrui.

Chiara Zocchi

Chiara Zocchi est auteur de deux romans , Olga et Volare. Elle est aussi active en tant que journaliste-curatrice-artiste, dans le milieu de l’art contemporain.

Vue d'atelier - 2017 - photo Gilles RIBERO

Vue d’atelier – 2017 – photo Gilles RIBERO

DE RENDEZ-VOUS EN RENDEZ-VOUS

DE RENDEZ-VOUS EN RENDEZ-VOUS

Marjorie BRUNET / Marine CLASS / Julien LAFORGE / Oscar MALESSÈNE / Cécile MEYNIER / Mathilde ROUSSEL / Lucas RUIZ / Julie SAVOYE / Julia SCALBERT / Sophie TRUANT

Exposition du 12 au 24 septembre 2017

Vernissage Mardi 12 septembre de 18h à 21h

Marjorie Brunet Meurtrière 01, 2015, acrylique sur toile, carton,bois, 20,5x24 cm

Marjorie Brunet  Meurtrière 01, 2015, acrylique sur toile, carton,bois, 20,5×24 cm

 

 Montagnes-multiples-7-exemplaires-2015-

Marine Class Montagnes-multiples-7-exemplaires-2015

 

acrylique-sur-contreplaqué-52x74cm-3:06:17-web

Oscar Malessène – Sans titre – 2017 acrylique-sur-contreplaqué-52x74cm

Cécile Meynier Jonchée (série - 2017) sérigraphie, céramique grès dimensions 65 x 92 cm

Cécile Meynier  Jonchée (série – 2017) sérigraphie, céramique grès dimensions 65 x 92 cm

Mathilde Roussel Training Session, level 8, 2015, aquarelle et graphite sur papier, collage, 56,5 x 76 cm

Mathilde Roussel Training Session, level 8, 2015, aquarelle et graphite sur papier, collage, 56,5 x 76 cm

 

Lucas Ruiz - Complexité dedans - 2017 - acrylique sur toile

Lucas Ruiz – Complexité dedans – 2017 – acrylique sur toile

 

Julia Scalbert, sans titre, 2016, acrylique sur toile, 92x73cm photo©Marc Domage

Julia Scalbert Sans titre, 2016, acrylique sur toile, 92x73cm photo©Marc Domage

 

 Sophie Truant - "Un bruissement" - détail Céramique émaillée, or 10%, bronze et laine

Sophie Truant – « Un bruissement »  (détail) – Céramique émaillée, or 10%, bronze et laine

CHIMAN DANGI et VINCENT BARRE

Chiman Dangi et Vincent Barré

« La grotte »

Exposition du mardi 13 juin au samedi 1 juillet 2017

Vernissage mardi 13 juin de 18h à 21h

Grotte et arbre_ Khejri, pour les arbres_Horizons Arts-Nature en Sancy - 2017

Grotte et arbre – Khejri, pour les arbres – Horizons Arts-Nature en Sancy – 2017

C’est dans une grotte des Monts d’Auvergne qu’a lieu, il y a juste un an, notre première oeuvre commune : un chemin dans les arbres bagués d’anneaux d’argent et une stèle inscrite de paroles à la mémoire des habitants d’une ville du Rajasthan qui s’immolent il y a 300 ans, pour sauver leurs arbres sacrés spoliés par le roi, luttant ainsi contre la profanation de leur culture et la désertification de leur terre.

Aujourd’hui, c’est une vision plus lumineuse qui nous réunit à la galerie du Haut-Pavé : avec un ensemble de gravures sur bois et de dessins de Chiman Dangi associant végétaux et feuilles d’argent. Ils affirment son engagement pour des actions en faveur de la préservation des ressources, du travail, de la culture et de l’environnement partout menacés, particulièrement au Rajasthan.

Chiman Dangi - Silent promise - gravure sur bois - 2008

Chiman Dangi – Silent promise – gravure sur bois – 2008

Avec des sculptures en tôle d’acier que j’ai réalisées dans les aciéries Jindal de Vasind en Inde, au cours d’une résidence en 2001, ainsi que des sculptures en terre, cuites selon la technique locale de l’enfumage chez les potiers du village de Molella où j’ai rencontré Chiman.

Cette relation confraternelle s’exprime ici, comme le fruit du désir d’élargir à la France et à l’Europe l’expérience acquise par Chiman dans sa région et lors de résidences à l’étranger. Et comme le désir de révéler ce qui, dans mon oeuvre, est dû aux voyages, souvent solitaires, dans l’Inde des villages et des déserts himalayens, ou dans l’énergie des grandes métropoles.

Les ouvriers, artisans, habitants des grandes villes et des campagnes où nous avons travaillés sont associés à nos oeuvres.

Vincent Barré, mai 2017

Grotte et arbre - Khejri, pour les arbres - 2017

Grotte et arbre – Khejri, pour les arbres – 2017

Vincent Barre - Rain traps - terracotta, Molella - 2001

Vincent Barre – Rain traps – terracotta, Molella – 2001

Vincent Barré, sculpteur est né en 1948 à Vierzon, Cher. De formation architecte, il se tourne vers la sculpture, toujours inspiré par les contextes architecturaux et urbains, par l’histoire, par les oeuvres et les musées. C’est en effet dans les voyages qu’il forme sa vision humaniste et sa sensibilité politique, proche de l’ethnologie et des évènements du monde. Il se nourrit aussi du rapport aux formes construites et aux matériaux – fonte de fer et d’aluminium, acier assemblé, céramique. Il enseigne dans des écoles d’architecture puis aux Beaux-Arts de Paris, expose dans des musées d’art. Il collabore avec la Galerie Bernard Jordan à Paris.

vincentbarre.net

Chiman Dangi né en 1979 à Jodhpur, en Inde est élevé dans un petit village du Rajasthan, diplômé en 2003 de l’école d’art d’Udaipur où il passe un doctorat en 2014. Son travail d’installations et de performances s’inspire du contexte dans lequel il est né et vise à développer une meilleure conscience des enjeux locaux, une meilleure articulation entre le local et le global, à stimuler l’ouverture et la créativité de ces communautés rurales. Les enjeux de développement social et environnemental, de protection des ressources, de prévention des pollutions sont au centre de ses préoccupations. Il a reçu de nombreux prix et bourses, exposé en Inde et effectué des résidences en Inde, Nouvelle-Zélande, Népal, Géorgie, France (Sancy-Horizons). Il est commissaire d’exposition et président de la Kaman Art Foundation, membre fondateur du collectif d’artistes Sowing Seeds International pour des projets dans des communautés villageoises du Rajasthan. Il est fondateur de la résidence Art Junction à Udaipur.

chimandangi.blogspot.in/

chimandangi2@gmail.com